Les cellules dendritiques

Les cellules dendritiques

Comment fonctionne exactement la thérapie cellulaire dendritique ?

Lors de la thérapie cellulaire dendritique ou l’immunothérapie, les cellules du corps liées au système de défense de l’organisme deviennent des cellules dendritiques qui sont créées du sang du patient et peuvent être traitées par des méthodes hautement spécialisés de manière à pouvoir par exemple identifier mieux les structures étrangères au corps et de les détruire. Cette méthode spécifique fait que la thérapie cellulaire dendritique soit plus douce et supportable que les autres méthodes de traitement. En plus, la thérapie cellulaire dendritique peut être menée en ambulatoire.

Histoire des recherches scientifiques

Bien que déjà dans les années 70, l’immunologue d-r Ralph Steinman ait supposé que les cellules dendritiques ont un rôle décisif pour activer le système immunitaire et que depuis les recherches scientifiques fondatrices ont progressé considérablement, les recherches orientées vers la pratique n’apparurent qu’à la fin des années 90. Environ 40 ans après le début des études scientifiques de Steinman, elles ont été reconnues par le grand public et d’une autre manière ; en 2011 il obtient le Prix Nobel de médecine pour la découverte des cellules dendritiques et leur rôle pour l’immunité adaptive. Malheureusement, il n’a pas pu recevoir le prix en personne – il a décédé trois jours avant la remise. Aujourd’hui, l’immunothérapie dendritique est une méthode de traitement reconnue depuis des années au Japon et aux Etats-Unis. De plus, la thérapie dendritique peut être appliquée aussi bien en tant qu’un traitement complémentaire qu’en tant que thérapie initiale des maladies cancéreuses (et autres). Cependant, en fonction de l’état individuel sont déterminés les séquences et la combinaison de la thérapie dendritique avec les autres types de traitement.

Les cellules dendritique – le rôle crucial de l’immunité

La nature nous a dotés d’un système de défense parfait de notre organisme – le système immunitaire. Chaque jour ce système repousse les microorganismes comme les bactéries et les virus qui pénètrent mais il est capable aussi de reconnaitre et de détruire les cellules qui fonctionnent mal dans l’organisme. Les cellules cancéreuses sont également détectées et détruites par notre système immunitaire. Les médecins considèrent que certaines maladies n’apparaissent que lorsque, à cause de facteurs génétiques ou des facteurs liés à l’environnement, notre système immunitaire s’affaiblit à tel point à ce que le mécanisme de découverte, d’identification et de destruction cesse de fonctionner. Ceci représente exactement le point de départ de la thérapie cellulaire dendritique. Elle traite le système immunitaire et l’interaction entre ses cellules de résistance. De plus, les cellules dendritiques ont le rôle primordial pour la défense immunitaire car elles découvrent les cellules et les tissus étrangers et dégénérés et transmettent cette information à d’autres cellules du système immunitaire qui attaquent et détruisent les cellules identifiées. Pour cette raison, les cellules dendritiques sont appelées des cellules-gardiens. Par ailleurs, les cellules dendritiques sont chargées avec le flux d’informations permanent entre les cellules du système immunitaire. Quand les cellules dendritiques découvrent une cellule pathogène, elles la décomposent et produisent des antigènes (caractéristiques des surfaces) de la cellule pathogène sur sa propre surface cellulaire. Ainsi préparées, elles migrent vers les ganglions lymphatiques voisins et là-bas stimulent la défense immunitaire en représentant les antigènes des lymphocytes T. Par conséquent, elles deviennent actives pour identifier ensuite d’autres des cellules ainsi liées et pour les désarmer. A travers les cellules dendritiques s’activent des T-cellules-assistantes qui rentrent dans le flux du sang pour se déplacer vite vers les cellules identifiées. L’afflux d’autres substances sémio chimiques soutient l’activation permanente des lymphocytes T et renforce la réaction de défense du système immunitaire. Enfin, les cellules dendritiques stimulent aussi les lymphocytes B qui produisent des anticorps.